الخميس، 22 ديسمبر، 2011

Les incongruités de l’après résultats élections






Le parti du PJD consacré par l’électorat, c’est un fait. La ruée vers les portefeuilles ministériels à l’annonce des résultats provisoires est aussi un fait, déconcertant celui-ci. Au lendemain de l’apothéose historique du PJD, c’est la débandade chez les partis politiques, la veille encore emportés par un espoir difficilement caché, de conduire le 1er gouvernement de la nouvelle constitution. Plusieurs « grands » partis ont vivement exprimé leur disponibilité à s’allier au PJD. La course des ministrables avait commencé. Du coup, l’ «Alliance pour la démocratie » éclate, « virtuellement », les partis de la koutla montrent des signes d’empressement ; déclarations, contre déclarations, augurant de futures scissions. Les idéologies s’adaptent bizarrement aux aspirations tendancieuses de certains membres de partis. Résultat, la position de l’opposition s’en trouve ébranlée, mal partie. L’effet de surprise passé, ces mêmes partis politiques se reprennent, se réunissent, accordent leurs violons et décident, c’est un autre fait, de se ranger du côté de l’opposition, et d’honorer les valeurs du parti. Dans ce tumulte ahurissant, un autre fait, celui-là passé sous silence, tellement la razzia du PJD a surpris plus d’un, le résultat du PAM. 47 sièges, 4ème à l’échelon national, le parti réussit un beau parcours à ses premières législatives, devançant les USFP, PPS, UC...lui qui a été crée en 2008, de quoi donner à réfléchir.

ليست هناك تعليقات:

إرسال تعليق

المتابعون